Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
This is my movies

This is my movies

Critiques de films, dossiers, box-office.

American nightmare : Anarchy (2014) de James de Monaco

Résumé : en l'an de grâce 2023, le 21 mars très exactement, les Américains ne fêtent pas l'arrivée du printemps mais la purge annuelle, cette demie-journée durant laquelle on peut commettre n'importe quel crime sachant qu'il restera impuni. Durant cette nuit de terreur, les bourgeons cèdent la place aux mitrailleuses, aux couteaux, aux gangs des rues et aux âmes égarées qui vont assouvir leur nature destructrice. Le gouvernement y trouve son compte puisque la criminalité, le taux de chômage et de pauvreté sont au plus bas. Pourtant, en cette nuit de chaos et d'horreurs, un homme décide d'aller assouvir une vengeance personnelle. Il va écumer les rues de la ville, y croisant la route d'un couple dont la voiture est tombée en panne au plus mauvais moment mais aussi une femme et sa fille poursuivis par un groupe d'individus surarmés qui écume les barres d'immeubles des quartiers défavorisés. Entre sa vengeance et sa survie, cet homme solitaire va devoir choisir et tout faire pour protéger ces innocents.

Critique : il y a quelques mois, je vous parlais du premier volet, de son concept accrocheur et de son producteur opportuniste. Si "American nightmare" se révélait décevant, je trouvais quand même que le sous-texte était là, par bribes, et qu'avec un peu plus d'ambition, il y avait matière à en tirer un brûlot plus subversif. La majorité des spectateurs avaient protesté contre le manque flagrant d'action mais aussi ce petit côté frileux du film et comme nous vivons à l'ère des réseaux sociaux numériques, les critiques ont été prises en compte par les créatifs de Blumhouse et du coup, James De Monaco se voit nanti d'un budget doublé (passant de 4 M$ à 9 M$, waouh !!) mais il se lâche aussi un peu plus et explore de manière bien plus aboutie ce formidable contexte de son idée de base.

Enfin, le scénariste comprend que cette idée est propice à une critique sévère de notre monde actuel et si son futur n'est guère différent de notre présent, c'est parce qu'il embrasse complètement des thèmes universels et contemporains. Ainsi, il développe un peu plus les tenants et les aboutissants de cette loi, qui protège par exemple les fonctionnaires de haut niveau, il crée un mouvement qui décide de lutter contre la Purge Annuelle et les Pères Fondateurs, il explore le sous-texte social et peint le portrait d'une Amérique malade, malade de sa violence, de ses armes, de ses disparités sociales bref, il signe un film plus politique, plus engagé, plus maîtrisé aussi.

Bien sûr, le fait de disposer de plus de moyens lui permet de créer des scènes d'actions plus élaborées, cédant à la tentation du bigger and louder qui caractérise les sequels et le body count s'en ressent. Le film est ainsi plus sanglant, plus poisseux, plus tendu, parfois imprévisible et il charrie son lot d'images fortes (pas toujours bien exploitées) mais il révèle aussi les carences de De Monaco au niveau de la mise en scène. La scène de poursuite dans les égouts résume bien ce fait, extrêmement brouillonne et mal montée, et surtout, peinant à restituer le côté spectaculaire de la chose. Par contre, on a droit à une scène de type home invasion hyper réussie, surpassant en 5 minutes tout ce qui avait été fait dans le 1er opus. Le rythme est soutenu, le scénariste développant de manière assez maligne son univers tout en assurant un grand nombre de scènes tendues, explosives et pétaradantes. De même, il a élagué au montage de nombreuses scènes développant le background des protagonistes, les rendant certes un peu plus superficiels voire impersonnels sans pour autant que je me sois moqué de ce qui pouvait leur arriver.

De plus, je dois dire que j'aime bien ce petit côté nuit de folie durant laquelle les péripéties s'enchaînent et qui a déjà donné quelques films très réussis que j'adore comme "After hours", "Grégoire Moulin contre l'humanité" ou encore "Stretch". Les acteurs sont assez bons et convaincants, le rythme soutenu ne se fait pas au détriment de l'ambiance et c'est surtout sa peinture sociale de ce monde ultra-violent qui m'a plu. Sa manière d'aborder le rapport des classes aisées vis à vis de cette nuit est particulièrement cynique et même crédible, guère éloignée de ce qui se passe aujourd'hui. Le film agit ainsi comme un défouloir, même si on peut s'étonner de voir essentiellement des hommes de main se faire trucider au lieu des braves bourgeois qui prennent un malin plaisir à massacrer des innocents. Je constate également que "American nightmare" fait ressortir nos plus bas instincts, nous obligeant sans doute à nous questionner sur notre rapport à la violence.

Et puis il y a bien sûr l'éternelle théorie du complot qui rampe, avec cette fabuleuse idée de créer une unité spéciale mandatée par le gouvernement afin d'aider les pauvres à mourir de manière plus conséquente. Par contre, je trouve que De Monaco se gâche une idée formidable en ne faisant du meurtrier du fils du héros un pratiquant de la Purge, ce qui lui aurait permis de questionner une thématique plus profonde, plus ambivalente et d'embrasser pleinement son côté revenge movie, moralement plus ambigu. En l'état, ça reste un divertissement qui n'est certes pas hyper viscéral mais bien troussé, posant son univers avec un savoir-faire indéniable et qui pose quelques questions morales pas forcément inintéressantes.

Le film fera un départ un peu inférieur au 1er volet (la mauvaise réputation de ce dernier a forcément joué en sa défaveur à ce moment-là) mais en corrigeant certains défauts, il est parvenu à créer un bouche à oreille plus positif et le film rapportera un peu plus au box-office US. De quoi valider un 3ème volet qui permettra d'explorer un peu plus cet univers (avec des touristes étrangers qui viennent assouvir leurs pulsions meurtrières durant cette nuit bien particulière) et qui prendra pour contexte l'élection électorale de 2025. Bref, j'ai hâte de voir ça !

Note : 7/10

Budget : 9 000 000 $

BO US : 71 962 800 $ (47ème plus gros succès de l'année)

BO Monde : 39 965 565 $

BO France : 537 534 spectateurs (86ème plus gros succès de l'année)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article