Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
This is my movies

This is my movies

Critiques de films, dossiers, box-office.

BO US, weekend du 7 au 9 octobre : des succès, vraiment ?

BO US, weekend du 7 au 9 octobre : des succès, vraiment ?

L'adaptation du best-seller "The girl on the train" réussit à prendre la tête du box-office en surfant sur la fenêtre de tir ouverte par "Gone girl". Du coup, les nouveautés ont bien du mal à se frayer un chemin dont le très discuté "The birth of a nation". Chiffres et analyses.

Best-seller = leader

BO US, weekend du 7 au 9 octobre : des succès, vraiment ?

Les romans à mystère se déroulant dans les banlieues tristes de la classe moyenne, il y a de quoi fournir une bien belle critique de notre société, de ses faux semblants et des dogmes. David Fincher s'en était emparé avec son talent habituel en faisant de l'exercice de style "Gone girl" un thriller qui a quelque chose en plus à dire. En confiant une adaptation voulue comme similaire à un réalisateur aussi insipide que Tate Taylor, Universal a pris moins de risques et se prend logiquement un gros retour de bâton. Pas tellement au niveau du box-office puisque l'équation du titre est toujours valable et le film signe un bon démarrage avec 24,660 M$. Le hic ? Et bien c'est que la presse était déjà notamment moins indulgente (44% sur rotten tomatoes) et que le public semble plutôt d'accord avec un moyen B- sur cinemascore, un petit 6,7 sur Imdb et un très médiocre 56% sur rotten tomatoes. Bref, le film devrait vite s'écrouler sur la durée, ce que semble confirmer la courbe de fréquentation sur le weekend (petit démarrage le vendredi, légère augmentation le samedi et grosse chute le dimanche). Bref, encore une fois, un réalisateur de talent se pliant à l'exercice sera toujours plus intéressant pour le public mais aussi pour la réputation du produit. Une bonne recette, si elle est cuisinée par un chef médiocre, et bien ça ne fait jamais un bon plat.

Du coup, les nouveautés de la semaine précédente ont sans doute pu profiter de ce défection. "Miss Peregrine et les enfants particuliers" encaisse certes une baisse de 48% mais il récolte tout de même 15 M$ et porte ainsi son cumul à 51 M$. Bien mais il faudra tout le soutien du marché international pour en faire un succès.

Bénéficiant d'un meilleur bouche à oreille et d'une bonne semaine (le film a été leader sur les journées de mercredi et jeudi), "Deepwater" baisse tout de même de 41% et récolte ainsi 11,750 M$ et porte ainsi son cumul à 38,5 M$. C'est un échec assez lourd pour Lionsgate, un de plus pour le studio.

Des nouveautés à la peine

BO US, weekend du 7 au 9 octobre : des succès, vraiment ?

Malgré son bon démarrage, son gros casting et le matériel de base, "Les 7 mercenaires" version 2016 affiche des résultat un peu contrastés. Certes, pour un western nanti d'un aussi gros budget (90 M$), un tel résultat est toujours bon à prendre mais il ne dépassera pas la barre des 100 M$ et c'est un peu dommage. Il récolte encore 9,150 M$ ce weekend et porte ainsi son total à 75,9 M$. Le marché international ne décolle pas trop encore (58,7 M$ dans le reste du monde) et si le film ne perdra pas trop d'argent, il ne signe pas encore le grand retour du genre au sommet du business.

"Cigognes et compagnie" réussit à bien se maintenir malgré la concurrence qui défile et il récolte encore 8,450 M$ ce weekend pour un cumul solide de 50,1 M$. Le hic, c'est que le studio ne vend pas très bien le film à l'international et il va forcément souffrir des sorties prochaines de "Trolls" chez Dreamworks et "Vaiana, la princesse du bout du monde" chez Disney.

Sensation du festival de Sundance, acheté pour la somme record de 17 M$ par la Fox (qui le distribue via FoxSearchlight, sa branche indé), ce film produit pour 10 M$ sentait bon "futur vainqueur des Oscars et parlant avec courage d'un sujet brûlant" mais la machine s'est grippée il y a quelques mois avec l'inculpation du réalisateur dans une sombre affaire de viol datant de plus de 17 ans. Se voulant comme le négatif du classique homonyme de D.W Griffith, ce film bénéficie d'un bon soutien de la presse (79% sur rotten tomatoes) mais ce n'est pas pour autant que le public suit : 7,1 M$ sur un solide circuit de 2 105 salles. Et le verdict du public : A sur cinemascore, 5,3 sur Imdb et 71% sur rotten tomatoes. De quoi relancer le débat dans une société qui se fractionne autour des questions raciales et la relative indifférence du public (qui n'est pas en majorité un blanc de classe moyenne) ne va pas arranger les choses. De quoi motiver l'Académie à lui attribuer un max de statuettes ? On verra en février prochain mais une chose est sûre, cette édition sera plus politique qu'artistique.

L'autre nouveauté, c'était "Middle school : the worst years of my life", teen movie adapté d'un best-seller pour teenagers et qui bénéficiait d'une production Lionsgate avec un budget de 8,5 M$ et qui comptait bien refaire le coup de "The D.U.F.F". Ce n'est pas forcément mal partit pour le film avec 6,9 M$ sur un gros circuit de 2 822 salles. On verra si le public ado continue à suivre sur les semaines qui suivent mais j'ai quelques doutes.

Face à une telle concurrence, "Sully" rétrograde de 3 places et se retrouve 8ème avec 5,270 M$ pour un gros cumul de 113,4 M$. Le film aura bien profité du vide de son calendrier pour faire le plein. Il ne lui reste plus qu'à conquérir le monde (53,7 M$ pour l'instant).

La comédie "Masterminds" n'avait pas fait un gros démarrage mais au moins, sa baisse n'est pas trop spectaculaire avec 37% de baisse seulement : 4,1 M$ sur le weekend, cumul de 12,7 M$. Ça reste un échec pour le studio surtout au vu du casting.

Le Top 10 est clôt par "Queen of Katwe" qui n'arrive pas à étendre son public de base en ne récoltant que 1,618 M$ pour un petit cumul de 5,3 M$. Disney n'a pas l'air de faire confiance au film (à peine 17 salles en plus pour un parc de 1 259 salles).

A la semaine prochaine avec le thriller d'action "The accountant", le nouveau one-man de Kevin Hart avec "What's now" et le film d'action pour teenagers "Max Steel".

Leur exploitation a pris fin ce weekend

BO US, weekend du 7 au 9 octobre : des succès, vraiment ?

Beaucoup de films ont été retirés des salles obscures ce jeudi et on peut dire que cela ressemble plus à un cimetière des ambitieux qu'à une sortie triomphale. On commence avec "Nerve", thriller PG-13 estampillé next-gen avec critique des réseaux sociaux et de son voyeurisme inhérent en guise de fond social. Porté par Emma Roberts et Dave Franco, cette petite production à 20 M$ distribuée par Lionsgate a reçu un accueil plutôt tiède de la presse (64% de moyenne) et soumis à une grosse concurrence, il a peiné à tirer son épingle du jeu. Il finit donc son exploitation avec 38 583 626 $ aux USA auxquels il faut ajouter une bonne recette internationale de 39,180 M$ (dont plus de 730 000 entrées en France). Honorable pour ce petit film qui pourrait bien gagner un statut de film culte avec le temps.

Aucune chance par contre pour la méga-production Paramount d'atteindre un tel statut. Remake du classique MGM, "Ben-Hur" version 2016, signée du russe Timur Bekmambetov et son style visuel toujours aussi m'as-tu-vu a coûté la bagatelle de 100 M$ mais il s'est pris un bon gros bide des familles en retour : 26 410 477 $ aux USA et une exploitation internationale à peine meilleure avec 63,3 M$ seulement (dont 411 000 spectateurs français). Un cas d'école pour Hollywood en 2016 et qui vient grossir la liste des échecs majuscules d'une année noire pour les blockbusters.

On poursuit avec les gros échecs mais on passe cette fois-ci aux drames pour adultes avec "The infiltrator" de Brad Furman avec Bryan Cranston dans le rôle d'un agent infiltré de la DEA dans le cartel d'Escobar. Une histoire vraie qui faisait sans doute doublon avec l'excellente série Netflix "Narcos". Du coup, cette production Broad Green Pictures au budget de 28 M$ tout de même a déjà peiné à contenter le presse (soutien indispensable pour une production destinée à un public adulte) et il s'est pris un beau gadin avec 15 436 808 $. Son exploitation internationale est assez restreinte (un peu plus de 2,5 M$) et on compte un peu moins de 200 000 entrées en France pour ce film policier.

Woody Allen a le vent en poupe auprès des producteurs puisqu'il a réussi à obtenir un budget de 30 M$ pour son "Café Society", avec un gros casting en prime. Lionsgate pouvait y croire mais en dépit d'un bon soutien de la presse (71% sur rotten tomatoes), le film n'a récolté que 11 103 205 $ aux USA. Le monde a été à peine plus bénéfique avec près de 11 M$ grâce notamment aux 953 000 spectateurs français.

On clôt ce tour d'horizon avec "Morgane", petite production à 8 M$ du benjamin de Ridley Scott. Bénéficiant d'un gros circuit de distribution en dépit d'une qualité médiocre et pas vraiment assumée pour le studio, le film s'est pris un gros mur d'indifférence à sa sortie avec 3 915 251 $ seulement en à peine 1 mois. Incroyable mais vrai, le film bénéficie d'une distribution à l'international (merci papa) avec des recettes culminant pour l'instant à 4,4 M$ (un peu moins de 60 000 entrées en France mais il est sortit depuis 2 semaines seulement).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article