Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
This is my movies

This is my movies

Critiques de films, dossiers, box-office.

Les stars d'hier... aujourd'hui. Episode 41 : Nicole Kidman

Au milieu des fiches sur les stars ayant disparues des écrans radar, je vous propose un petit intermède avec une star que je n'avais pas traité précédemment et pourtant, qui méritait bien une petite fiche. Retour sur donc la fausse rouquine la plus célèbre d'Hollywood, ex-Mme Tom Cruise, celle qui tombait en pâmoison devant le beau costume moulant de Val Kilmer dans "Batman forever" et qui a eu un parcours étonnant, dévoilant petit à petit ses formidables capacités d'actrices. Comme quoi le divorce, ça a du bon !

Les stars d'hier... aujourd'hui. Episode 41 : Nicole Kidman

Parcours : Nicole Marie Kidman est née le 20 juin 1967 à Honolulu sur l'île d'Hawaï. Pourtant, elle dispose bel et bien de la nationalité australienne car ses parents sont alors en séjour d'étude aux USA. En effet, sa mère est formatrice pour infirmières et son père biochimiste, travaillant plus particulièrement sur le traitement contre le cancer du sein à l'époque. Après l'étape hawaïenne, le couple et le nouveau-né s'envolent vers la capitale, Washington D.C, et travailleront là-bas durant trois ans avant de se décider à retourner au pays, dans la ville de Sydney. La jeune Nicole grandira donc dans la plus grande ville du pays et sa peau diaphane l'éloignera de ce soleil brûlant dont s'abreuve ses compatriotes en surfant ou bien en traînant sur les plages. C'est donc dans les jeux d'intérieur que la jeune fille s'épanouira, d'abord la danse puis le mime et bien sûr, la comédie puisqu'elle se produira sur scène dès le primaire (dans un tout petit rôle mais il faut bien commencer par quelque chose).

Son adolescence sera marquée par son amour pour la musique puisque la jeune Nicole devient membre d'un groupe de rock à cette période où elle occupe la fonction de chanteuse (un don et une expérience qui lui serviront bien plus tard à Hollywood). Et si son père l'encourage à embrasser une carrière de journaliste (dotée d'un QI estimée à plus de 130, Nicole passe également beaucoup de temps à écrire), elle préfère abandonner ses études pour s'inscrire au Philip Street Theater de Sydney. Ses débuts sont encourageants puisqu'elle recevra même une lettre d'encouragement d'une certaine Jane Campion, alors élève en mise en scène à la époque.

Très motivée et pensant alors jouer dans des grands films, elle est très vite rattrapée par la réalité du métier et commence dans un petit téléfilm australien en 1983, "Skin deep". Elle enchaînera ensuite avec "Bush Christmas" ou encore "Le gang des BMX". C'est avec "Winrider" en 1986 qu'elle obtiendra son nom sur l'affiche et enfin "Emerald City" qui lui permettra d'être consacré par la profession avec une nomination aux Australian Film Awards. Juste après ce film, elle enchaîne avec "Calme blanc" de Philip Noyce (film produit par George Miller et qui est parfois considéré comme le vrai réalisateur du film, Noyce étant relégué au rang de simple exécutant des demandes de Miller) qui lui ouvre en grand les portes de Hollywood. C'est ainsi que Tom Cruise exige de l'avoir comme partenaire sur son "Jours de tonnerre", il la séduit et l'épouse dans la foulée. Le couple fêtera ça avec un autre film, "Horizons lointains", qui ne sera pas couronné du même succès. Quant à la carrière US de Nicole, elle peine un peu à décoller en dépit de quelques glorieuses prestations notamment dans "Prête à tout" de Gus van Sant. Mais alors que son mari multiplie les cartons au box-office, elle enchaîne les échecs ainsi que des participations à des films plus commerciaux qui ne mettent pas en valeur ses talents d'actrice.

Toutefois, le fait d'être marié à Cruise lui permet d'être engagé pour faire "Eyes wide shut" qui marque alors le grand retour du mythique Stanley Kubrick qui lui offrira un magnifique écrin de travail. Le tournage est long, éreintant, éprouvant et mène peu à peu le couple de stars au divorce tandis que le film déçoit une partie du public et de la critique, se voyant sanctionné d'un semi-échec. Le début d'une renaissance artistique.

Après les années 2000 : non seulement l'actrice peut à nouveau porter des talons en public mais ses choix artistiques s'affirment. Elle accepte ainsi plusieurs projets portés par des cinéastes de renom et les conseils de Kubrick sur le tournage de "Eyes wide shut" semblent l'avoir convaincu de libérer tout son potentiel. C'est ainsi qu'elle collabore successivement avec Baz Luhrmann ("Moulin Rouge"), Alejandro Amenabar ("Les Autres"), Stephen Daldry ("The Hours", film pour lequel elle devient droitière), Lars von Trier ("Dogville"), Robert Benton ("La couleur du mensonge"), Anthony Minghella ("Retour à Cold Mountain"), Jonathan Glazer ("Birth") ou encore Sidney Pollack ("L'interprète") dans des films qui ne sont pas toujours les plus réussis de leurs auteurs mais qui lui permettent de livrer des prestations de haut-vol, multipliant les nominations et les récompenses. Les succès au box-office ne se font pas plus fréquents mais ces différentes collaborations semblent stimuler les réalisateurs.

Les échecs commerciaux se faisant toutefois plus fréquents dans des grosses productions qui correspondent aux modes de notre époque : remake d'un classique ("Invasion"), adaptation de série TV ("Ma sorcière bien-aimée"), adaptation d'un roman de fantasy pour ados ("A la croisée des Mondes : la Boussole d'Or"), épopée romantique ("Australia"), les studios font de moins en moins appel à elle, ses cachets sont désormais revus à la baisse et pourtant, ses collaborations prestigieuses continuent de s'enchaîner, dans des rôles toujours plus difficiles : "Rabbit hole" du sulfureux John Cameron Mitchell dans le rôle d'une mère flirtant avec l'inceste, "Paperboy" de Lee Daniels et son rôle de femme de condamné à mort hyper sexuée, "Stoker" de Park Chan-Wook ou encore "Queen of the Desert" de Werner Herzog.

Ces dernières années, la conduite de sa carrière semble échapper à toute logique si ce n'est celle de ses envies. On la retrouvera prochainement dans "Lion" ou encore dans le remake du chef d'oeuvre "Les Proies" de Don Siegel, "The beguilded" de Sofia Coppola. Si le public connaît moins ses films désormais, elle n'en finit plus de surprendre.

Cote de popularité : assez faible. Clairement, sa carrière au box-office compte moins et elle choisit des projets plus indépendants, avec des cachets largement revus à la baisse par rapport à ceux de sa période haute (entre 15 et 17 M$). Femme épanouie, artiste accomplie, il ne lui reste plus qu'à tenter l'aventure dans le monde de l'édition, l'actrice s'étant promise d'enfin coucher ses envies de nouvelles.

PLUS GROS SUCCES

Les autres

Le Mytho - Just go with it

Batman Forever

Paddington

Jours de tonnerre

Lion

The hours

Malice

PLUS GROS ECHECS

A la croisée des Mondes - La boussole d'Or

Australia

Ma sorcière bien-aimée

Et l'Homme créa la Femme

Horizons lointains

L'interprète

La pacificateur

Nine

Invasion

Les ensorceleuses

Birth

Paperboy

Eyes wide shut

Calme blanc

La couleur du mensonge

Dogville

Stoker

Effraction

On lui a proposé le rôle mais elle a préféré dire "non"

Au début des années 90, sa carrière ne décolle pas vraiment et pourtant, elle refuse une collaboration avec Robert Zemeckis et Tom Hanks dans "Forrest Gump". Finalement, c'est Robin Wright qui prendra sa place.

Durant le tournage de "Moulin Rouge", elle se brise une côte, ce qui la contraint à refuser "Panic room" puisqu'elle est insuffisamment remise de sa blessure et que le film contient quelques cascades. Jodie Foster la remplacera au pied levé.

Ne voulant pas enchaîner deux comédies musicales coup sur coup, elle refuse "Chicago" de Rob Marshall et se contentera de "Moulin Rouge". Le rôle ira finalement à Renée Zellweger qui décrochera une nomination aux Oscars mais s'inclinera face à... Nicole Kidman pour "The hours".

Martin Scorsese envisage de faire appel à ses services pour interpréter Katharine Hepburn dans son "Aviator". A cause d'un emploi du temps surchargé, elle décline et c'est Cate Blanchett, une compatriote, qui jouera cette légende du cinéma des années 40, remportant l'Oscar de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle.

Elle refuse le thriller "A vif" de Neil Jordan, un rôle finalement attribué à Jodie Foster. Le film est un bide et fera largement polémique de par son sujet (l'auto-défense).

Autre rôle à Oscar qu'elle refuse, c'est "The reader" de Stephen Daldry (qui l'avait dirigé dans "The hours"). L'actrice est alors enceinte et elle refuse de faire un film dans cette condition. Kate Winslet héritera du rôle... et de l'Oscar de la Meilleure actrice, comme prévu.

Le scénario de "Elle" n'a pas toujours été destiné à une production française. Quand Paul Verhoeven souhaitait le faire aux USA, il a été proposé à plusieurs actrices dont Nicole Kidman qui a refusé. Isabelle Huppert sera le seul choix des producteurs français, validé par Verhoeven.

Tout au long de sa carrière, Nicole Kidman a travaillé avec beaucoup de grands réalisateurs (elle donnera d'ailleurs à Nathalie Portman un conseil avisé, celui de choisir son projet en fonction du réalisateur plus que du scénario ou du potentiel commercial car si on ne peut pas savoir si le film sera bon ou non, on sera sûr de vivre une expérience enrichissante) et elle a été adoubée par Meryl Streep qui la considère comme l'actrice la plus douée de sa génération. Il faut dire que son divorce avec Tom Cruise lui a été plutôt bénéfique également quand on regarde sa filmo avant et après. Clairement, si elle avait déjà une bonne réputation avant 2000, elle est passée dans une autre dimension après "Eyes wide shut". A noter également plusieurs nominations pour son rôle à la télévision dans la mini-série "Hemingway & Gellhorn". Sa participation prochaine à la série "Big little lies" pourrait bien lui apporter sa consécration à la télévision avec un Emmy Award à la clé.

Principales récompenses

Oscar de la Meilleure actrice pour "The hours" en 2003

2 Golden Globe de la Meilleure actrice dans une comédie ou une comédie musicale pour "Prête à tout" en 1996 et "Moulin Rouge" en 2002

Golden Globe de la Meilleure actrice dans un drame pour "The hours" en 2003

BAFTA de la Meilleure actrice pour "The hours" en 2003

Saturn Award de la Meilleure actrice pour "Les autres" en 2002

Ours d'Argent à Berlin pour "The hours" en 2003

Etoile sur la Walk of Fame en 2003

Prix spécial du 70ème festival de Cannes en 2017

2 nominations pour l'Oscar de la Meilleure actrice pour "Moulin Rouge" en 2002 et pour "Rabbit Hole" en 2011

1 nomination pour l'Oscar de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Lion" en 2017

3 nominations pour le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Billy Bathgate" en 1992, "Paperboy" en 2013 et "Lion" en 2017

4 nominations pour le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un drame pour "Les autres" en 2002, "Retour à Cold Mountain" en 2004, "Birth" en 2005 et "Rabbit Hole" en 2011

2 nominations pour le BAFTA de la Meilleure actrice pour "Prête à tout" en 1996 et "Les autres" en 2002

1 nomination pour le BAFTA de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Lion" en 2017

3 nominations pour le Saturn Award de la Meilleure actrice pour "Calme blanc" en 1991, "Prête à tout" en 1996 et "Birth" en 2005

2 nominations pour le Saturn Award de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Paperboy" en 2013 et "Stoker" en 2014

1 nomination pour l'Australian Film Institute de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Emerald City" en 1988

2 nominations pour l'Australian Film Institute de la Meilleure actrice pour "Moulin Rouge" en 2001 et "A la croisée des Mondes : la Boussole d'Or" en 2008

1 nomination pour le Goya de la Meilleure actrice pour "Les autres" en 2002

2 nominations pour le Screen Actors Guild Award de la meilleure performance de l'ensemble d'un casting pour "Moulin Rouge" en 2003 et "Nine" en 2010

2 nominations pour le Screen Actors Guild Award de la Meilleure actrice pour "The hours" en 2003 et "Rabbit Hole" en 2011

2 nominations pour le Screen Actors Guild Award de la Meilleure actrice dans un 2nd rôle pour "Paperboy" en 2013 et "Lion" en 2017

Total carrière au box-office US (chiffres bruts) : 1 717 906 441 $ (soit une moyenne de 38 175 699 $ par film). Trois de ses films seulement ont passés le cap des 100 M$ de recettes en dépit de sa participation à de nombreux blockbusters. Son podium de succès est donc composé de "Happy feet" devant "Batman forever" et "Le mytho - Just go with it".

Total carrière au box-office US (dollars constants) : 2 680 869 600 $ (soit une moyenne de 59 574 900 $ par film). En prenant en compte l'inflation, on se rend compte que ce sont en fait 8 de ses films qui ont passé le cap des 100 M$ de recettes. Son podium de succès connaît des bouleversements conséquents avec "Batman forever" devant "Happy feet" et "Jours de tonnerre".

Nombre de films ayant signés le meilleur démarrage : 9

Total carrière au box-office français : 24 884 246 entrées (soit une moyenne de 638 057 entrées par film). 9 de ses films ont franchit le cap du million de spectateurs. Son podium de succès est complètement différent avec "A la croisée des Mondes : la Boussole d'Or" devant "Paddington" et "Australia".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article