Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
This is my movies

This is my movies

Critiques de films, dossiers, box-office.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

Tous les mois, je vous invite à retracer le parcours chaotique de certaines stars du cinéma qui ont atteint les sommets, multipliés les succès et les récompenses avant de connaître quelques accrocs dans leur carrière qui les ont plongés dans un certain oubli, autant du côté de la profession que de celui de la critique. Mauvais choix, comportements détestables, destins contrariés, amnésie des médias et parfois de leurs pairs, malchance, censure, il y a un peu de tout ça dans ces trajectoires presque météoriques. Sa blondeur et ses yeux bleus candides en ont fait une star, elle a toutefois quitté le monde hollywoodien dès son premier scandale, retournant vers une forme d'oubli. Et pourtant, l'ancienne petite fiancée de l'Amérique appartient bel et bien à l'histoire du cinéma qu'elle aura marquée par une scène devenue culte. Retour sur le parcours de Meg Ryan, la plus romantique des comédiennes US.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan
Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

Parcours : Margaret Mary Emily Anne Hyra est née le 19 novembre 1961 à Fairfield dans le Connecticut. Elle est la fille d'une professeure d'anglais et d'un professeur de maths. Elle passe une enfance relativement classique avec ses deux sœurs et son frère, étudiant à l'école catholique de la ville. Elle ne manifeste pas vraiment un grand désir de jouer la comédie dès son plus jeune âge si bien qu'elle envisage dans un premier temps de faire des études supérieures. Très populaire au lycée (elle est élue reine de son bal de promo), elle mène aussi de fronts plusieurs activités et se distingue naturellement parmi ses camarades. En 1979, elle rejoint l'Université de New York pour y mener des études de journalisme. Ses parents ayant divorcés lorsqu'elle avait 15 ans, le foyer n'est plus à même de subvenir à ses besoins et c'est ainsi que pour financer ses études, elle commence à jouer dans plusieurs spots publicitaires. Il faut dire qu'elle avait déjà un pied dans le milieu puisqu'elle avait été une actrice régulière pour une campagne de pub dédiées à Barbie au milieu des 70's.

Pour rentrer dans le milieu, elle change son nom de famille et s'inscrit au Syndicat des Acteurs sous le nom de Ryan, le nom de jeune fille de sa grand-mère maternelle et avec son prénom, cela forme l'anagramme de Germany (Allemagne en français), le pays d'origine de son père. Un bien bel hommage à son histoire familiale donc.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

Sa carrière dans la publicité finit par l'écarter du chemin des études et son joli minois ne passe pas inaperçu. Elle passe le casting pour le film "Un amour infini" en 1981 mais elle n’obtient pas le rôle finalement tenu par Brooke Shields. Cet échec est suivi d'une réussite puisqu'elle obtient un premier rôle au cinéma peu après, celui de la fille de Candice Bergen dans "Riches et célèbres" de George Cukor. Sa carrière ne décolle pas pour autant et elle enchaîne avec un rôle régulier dans le soap opera "As the world turns". Le temps de 17 épisodes étalés entre 1982 et 1984, elle apprend petit à petit le métier et arrive également à décrocher quelques petits rôles dans d'autres séries mineures mais aussi dans "Amityville 3".

Après la fin de son aventure dans "As the world turns", elle décroche un rôle important dans une nouvelle série, "Wildside". Hélas, ce show, centré sur cinq hommes appartenant à une unité d'élite secrète opérant durant la Conquête de l'Ouest, est un échec et l'aventure s'arrête au bout de six épisodes en 1985. On pourrait croire que le sort s'acharne sur elle mais le vent est sur le point de tourner.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan
Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

1986, "Top Gun" est un véritable raz de marée au box-office et Meg Ryan joue dedans. Son rôle n'est pas très important (elle joue la fiancée de Goose, incarné par Anthony Edwards, son petit ami de l'époque) mais cela suffit pour que Steven Spielberg la repère et l'engage pour incarner la petite amie du Lt Tuck Pendleton, joué par Dennis Quaid, dans une production Amblin : "L'aventure intérieure" de Joe Dante. Le semi-échec du film ne lui porte pas trop préjudice surtout qu'elle commence à fréquenter Quaid durant le tournage. Le tout nouveau couple sera à l'affiche de "Mort à l'arrivée" l'année suivante mais le film n'obtiendra qu'un tout petit succès. Elle refuse un des rôles principaux de "Potins de femmes" en 1989 pour faire "Quand Harry rencontre Sally". Bonne intuition (même si Julia Roberts, qui la remplace dans le film d'Herbert Ross, remportera le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle) puisque le film est un immense carton et que la scène où elle simule un orgasme au milieu d'un café (une idée qu'elle a suggérée au réalisateur sur le plateau) la fait rentrer au Panthéon du cinéma.

Les projets s'enchaînent rapidement pour elle et la voilà obligée de refuser plusieurs projets ("Pretty woman", "Le silence des agneaux" ou "Ghost") tout en accumulant ses propres succès : "Joe contre le volcan", "Nuits blanches à Seattle" et "Pour l'amour d'une femme". Sa cote ayant grimpé, elle arrive à monter ses propres projets et devient productrice à l'occasion de "French kiss" de Lawrence Kasdan en 1995. Le film est toutefois un semi-échec ce qui pousse l'actrice à changer quelque peu de registre. Elle s'essaye en femme d'action dans "A l'épreuve du feu" et si le film n'est pas un échec, ce changement de registre n'est pas non plus une réussite.

Son retour au genre avec "Addicted to love" n'est pas plus réussi et il n'y a bien que sa prestation vocale dans "Anastasia" pour lui permettre de rester au sommet. Son retour s'amorce ensuite avec "La cité des anges" et surtout sa troisième collaboration avec Tom Hanks sur "Vous avez un message". La petite fiancée de l'Amérique est de retour au sommet du box-office et elle enchaîne ensuite avec le second film de Diane Keaton en tant que réalisatrice : "Raccroche !". Elle compose un trio féminin détonnant avec Keaton et Lisa Kudrow mais le film ne marche pas vraiment au box-office. C'est alors qu'elle accepte de partir tourner un thriller dans les jungles de l'Equateur.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

Point de rupture

En fait, je me suis très longtemps posé la question si le destin de Meg Ryan devait faire partie des mes fiches précédentes sur les stars d'hier ou bien être inclues dans celles-ci et ce qui m'a convaincu, c'est le fait que sa chute a vraiment été amorcée par un seul film.

"L'échange" nous narre les mésaventures d'un couple d'américains dont la vie bascule lorsque le mari est enlevé par des guerilleros. L'épouse voit alors débarquer un négociateur professionnel chargé de faire libérer le mari. Dans le film, la jeune femme sera très attirée par cet homme d'action viril et tête brûlée. Le hic, c'est que Meg Ryan succombera pour de vrai au charme de son interprète, Russel Crowe. La presse se régale de cette relation extra-conjugale et Meg Ryan est très vite mise au ban du système hollywoodien, surtout que son couple avec Dennis Quaid a souvent été présenté comme un modèle de stabilité.

La promotion du film de Taylor Hackford est alors très difficile à mener et tout le monde ne pense plus qu'à ça lors de sa sortie, si bien que c'est un gros échec au box-office. L'autre fait malencontreux pour Meg Ryan, c'est que son film suivant ("Kate & Leopold" de James Mangold avec un autre beau gosse australien, Hugh Jackman) est aussi un échec. En même temps, je pense que le public était un peu las des rom-com de l'actrice et qu'il était devenu impossible pour elle de faire son petit numéro de femme adorable après ce qui s'était passé sur le tournage de "L'échange". Le public n'a pas pardonné et la sanction a suivi.

Que sont-elles devenues ? Episode 8 : Meg Ryan

Après : Meg Ryan se retire des plateaux durant deux ans. Son divorce avec Dennis Quaid est entériné et le public a eu un peu de temps pour oublier cette affaire. Du coup, pour rebondir, elle fait un choix au final assez peu surprenant, celui de casser son image. Pour ça, elle entame le tournage d'un thriller teinté d'érotisme sous la direction de la très arty Jane Campion : "In the cut". Elle incarne ainsi une professeure de littérature qui finit par être irrésistiblement attirée par un beau détective du NYPD incarné par Mark Ruffalo et le film excite assez vite la curiosité de quelques cinéphiles. Le public se dit alors qu'il va enfin voir l'actrice nue (comme si ça changeait quelque chose à ses talents d'actrice) mais la sortie du film est un gros bide, "In the cut" obtenant la pire note de tous les temps pour une sortie nationale sur le site cinemascore avec un F. Cet échec repousse un peu plus l'actrice à la marge qui continue toutefois de vouloir casser son image avec "Dans les cordes" où elle incarne une manager de combats de boxe. Le film est un échec en 2004 et ça commence vraiment à sentir le roussi pour l'actrice.

Ayant dépassé la quarantaine, elle accède ainsi aux rôles de maman dans quelques productions et ça sera le cas dans "In the land of women". D'autres de ses films n'atteindront pas les salles ("Mon espion préféré", "The deal", "Quitte-moi si tu peux") tandis que sa dernière chance se présente en 2008 avec "The women" et son casting exclusivement féminin. Malgré la présence de Annette Benning, Debra Messing, Eva Mendes, Jada Pinkett-Smith, Carrie Fisher, Bette Midler ou encore Candice Bergen (qui incarne... la mère de Meg Ryan, refermant ainsi la boucle), le film, sans être un échec, ne convainc pas vraiment le public.

A la suite de ça, l'actrice annonce la fin de sa carrière, décidant de prendre sa retraite car Hollywood n'a plus rien à lui proposer à l'orée de sa cinquantaine. Elle reviendra tenter sa chance en réalisant et en jouant dans "Ithaca" (retrouvant ainsi une nouvelle fois Tom Hanks) mais le film ne sera projeté que dans quelques festivals, sans jamais trouver de distributeur pour une sortie même limitée.

Peut-elle revenir ?

Le danger quand on est une femme à Hollywood, c'est l'âge. Le cinéma US se nourrit de jeunesse éternelle tout en fournissant aux hommes des rôles jusqu'à plus de 70 ans quand une femme n'a plus vraiment de choix dès qu'elle atteint le cap de la quarantaine. La conséquence directe de cet état de fait, c'est que la plupart des stars ont recourt à la chirurgie esthétique et que dans le cas de Meg Ryan, c'est un véritable désastre. Les producteurs ne font plus appel à elle et il ne lui reste guère que quelques amitiés solides dans le métier mais ça paraît insuffisant.

Pour moi, c'est non à 98%.

Et pourtant...

Meg Ryan a longtemps été une star au box-office et elle figurait indéniablement au sommet des actrices les plus populaires des 90's. Souvent cantonné au registre de la comédie romantique (qui était son genre préféré en tant que spectatrice), elle du coup échappé à de nombreuses possibilités de se distinguer. Pour autant, si son palmarès est dépourvu de récompenses majeures, elle cumule 3 nominations pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans une comédie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article