Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
This is my movies

This is my movies

Critiques de films, dossiers, box-office.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Résumé : 1945, sur le front des Ardennes. Une compagnie de l'armée américaine est bloquée aux abords d'une petite ville. Placée sous le commandement du Capitaine Cooney, elle vient d'essuyer quelques pertes suite à un acte de lâcheté de ce dernier. Le lieutenant Costa en veut terriblement à son capitaine et lors de la venue du lieutenant-colonel Bartlett, il tente d'abord de se défiler. Son ami, le lieutenant Woodruff finit par le convaincre à y assister et il parlera à Bartlett pour faire évincer Cooney. L'état major veut absolument prendre la ville mais il faut d'abord sécuriser la position. Costa partira en reconnaissance avec un détachement tandis que le reste de la compagnie viendra en support pour prêter main forte une fois la position acquise. Avant de partir, Costa obtient de Cooney sa promesse de ne pas se défiler comme la dernière fois. Si le capitaine manque à sa parole, Costa reviendra pour le tuer. De son coté, Woodruff se heurte au refus de Bartlett, bien conscient de l'incompétence de son ami d'enfance mais fils d'un juge influent tout de même qui lui permettrai de se lancer en politique. L'assaut débute sous le commandement de Costa mais le feu allemand cause de nombreuses pertes. Et Cooney refuse d'intervenir.

Critique : à l'époque de la réalisation, Robert Aldrich est déjà un cinéaste à la réputation solide, qui a réalisé une poignée de films importants ("Bronco Apache", "En quatrième vitesse" et "Feuilles d'automne") plus un gros succès commercial ("Vera Cruz") qui lui a permis d'avoir sa propre compagnie de production. Cinéaste réputé pour ses univers violents, c'est tout naturellement qu'il signe son 1er film de guerre dans la foulée du mélodrame "Feuilles d'automne" qui n'a pas remporté un franc succès. Le voilà donc à la tête d'un petit budget, une contrainte qui ne le gêne pas le moins du monde, lui le solide artisan de la série B qui connaît parfaitement les rouages d'une chaîne de production, lui permettant ainsi de maximiser le rendu visuel en dépit de moyens limités. La marque des grands en somme. Il réunit tout de même un sacré casting, tourne en un temps record et livre le tout avant la fin de l'année. Est-ce pour autant un travail bâclé ? Bien évidemment, non.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Aldrich se distingue par un style visuel heurté, avec des cadrages agressifs, des lumières très marquées, des gueules d'acteurs burinées et un certain goût pour la violence graphique. On retrouve tout ça dès la séquence d'ouverture mais le film va bien plus loin que ça car Aldrich est aussi un cinéaste aux thématiques très profondes. Ce qui le travaille, c'est la corruption rampante dans la société américaine, celle des hautes instances. Lors d'une interview en France (où il était beaucoup plus respecté qu'aux USA, notamment grâce à l'appui des Cahiers du cinéma et de François Truffaut plus particulièrement, alors critique au sein de la rédaction), il confiera que s'il était arrivé à Hollywood avant la guerre, il serait devenu communiste. Cela ne l'empêche pas d'être un fervent patriote et dans ce sens, "Attaque !" n'est pas vraiment un pamphlet antimilitariste comme a pu l'être "Les sentiers de la gloire" l'année suivante. Toutefois, la teneur du film a rebuté les instances de l'armée qui a refusé de collaborer avec la production.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Les personnages d'Aldrich sont rarement aimables et ils prennent des décisions extrêmes, souvent dictées par un contexte qui pousse l'être humain dans des retranchements moraux et physiques qui questionnent le spectateur. Le manichéisme est donc relativement absent ici et il faut souvent attendre les dernières minutes du film pour juger chaque personnage, chacun agissant de manière évolutive. Par exemple, Costa a beau être un soldat exemplaire, dévoué et compétent, il n'hésite à commettre certains actes condamnables. Avec son visage émacié, Jack Palance est impeccable, avec une belle intensité de jeu et son personnage fait parfois froid dans le dos. Quand à Bartlett, au 1er abord, il s'agit d'un officier comme un autre qui dévoile peu à peu son jeu, pris entre les enjeux immédiats et ses ambitions futures. Lee Marvin joue ce personnage à la perfection, avec beaucoup de puissance et d'ambivalence, installant dès son apparition un respect immédiat grâce à son charisme inné. Et puis il y a les autres.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

"Attaque !" est adapté d'une pièce de théâtre, ce qui fait que nous passons régulièrement d'un endroit clos à un autre, le scénario créant de nombreux points fixes dans l'espace avec beaucoup de dialogues. Tout ceci n'est pas ennuyeux pour autant puisque Aldrich est aussi un maître du mouvement et son découpage dynamique allié à une succession de débats très intéressants rendent le tout passionnant et prenant.

On retrouve donc divers personnages qui vont graviter autour du duel entre Cooney et Costa avec d'abord les soldats Bernstein (joué par Robert Strauss, 2nd rôle bien connu de la période et qui écumera les plateaux de séries TV) et Snowden (incarné par Richard Jaeckel, un acteur que le cinéaste retrouvera pour "Les 12 salopards" notamment, connu pour ses apparitions à la télé mais qui aura une carrière au cinéma très complète, devenant un 2nd rôle adoré des amateurs de films hollywoodiens des 50's et des 60's). Ces deux personnages seront plus ou moins les portes-paroles du reste de la troupe, notamment Bernstein qui s'exprime souvent en lieu et place des hommes, retranscrivant l'avis général avec sa grande gueule et sa bonhomie.

Ensuite, nous avons le brave sergent Tolliver (joué par Buddy Ebsen), 2nd rôle typique du genre, proche des hommes et de son lieutenant, compétent et soucieux de la vie des autres. S'il s'exprime peu, il reste très présent de bout en bout et incarne régulièrement la voie de la raison.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Et puis j'en viens à d'autres rôles principaux avec en 1er lieu le caporal Jackson (joué par Jon Shepodd, un acteur à la carrière fulgurante et essentiellement tournée vers la télé). Aide de camp de Cooney, il est aussi le souffre-douleur des autres soldats du fait de sa position. Une position peu enviable car il vit au plus près l'incompétence de son capitaine sans jamais rien pouvoir faire. On devine assez régulièrement qu'un vrai débat l'anime en interne et on aura peu de doutes sur ce fait à la fin du 3ème acte.

Le capitaine Cooney justement est probablement une des plus belles ordures que j'ai vu au cinéma. Oh, bien sûr, il est moins effrayant que Vador, Hannibal ou le tueur de "Seven" mais contrairement à ces monstres de cinéma, il est défini comme un être humain, avec ses actes de lâcheté mais aussi son passé que l'on devine difficile. Jusqu'à cette scène poignante où il s'écroule, je dois dire que seul un profond mépris m'animait lorsque ce brave capitaine apparaissait, une rage qui vous tord les boyaux et vous fait serrer le poing. Et pourtant, sans doute grâce à l'interprétation du méconnu Eddie Albert, ce personnage gagne un peu de profondeur, vulgaire pantin dans une farce qu'il ne maîtrise pas et animé de l'envie de survivre, avec l'ombre imposante du paternel au-dessus de lui.

Et puis il y a le lieutenant Woodruff.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Woodruff, c'est le bon camarade. Il sait comment fonctionne la hiérarchie, on peut parfois le voir comme un vulgaire lèche botte un brin manipulateur mais c'est aussi un soldat de valeur. Son amitié avec Costa n'est jamais remise en question et il fera tout pour sauver ses hommes. Vraiment tout ? Véritable boy-scout animé d'un certain idéal, il ira jusqu'au bout de ses idées, déviant bien évidemment de son chemin moral mais pouvait-il en être autrement ? (petite alerte spoilers) Il devra tuer Cooney mais si cet acte apparaît comme "justifié" aux yeux des hommes, le bon lieutenant aura du mal à vivre avec, y compris lorsque Bartlett lui promettra le grade de capitaine en échange de son silence. Mais c'en est trop pour lui et la dernière scène le montre mettre fin à ce dilemme qui l'anime. Il en a trop vu, son ami Costa est mort dans d'atroces souffrances et animé d'une haine aveuglante, il a tué un homme et on lui demande de s’asseoir sur ses principes en échange d'une barre de plus sur son uniforme ? Woodruff représente la droiture, le bon sens moral, celui qui fait ce qui est juste et qui assume jusqu'au bout. Est-il pourtant un héros ? En tout cas, il représente ce qui s'en rapproche le plus à mon avis. Son courage est immense, quelque soient les circonstances même s'il manquera indéniablement à l'armée. (fin des spoilers)

Aldrich questionne donc notre sens moral, traque la corruption dans les chaînes de décision et nous montre surtout le triste spectacle de la violence de la guerre. Pour l'époque, certains plans sont assez choquants et osés, creusant un sillon initié par Samuel Fuller notamment et qui aboutira aux excès de violences graphiques de Sam Peckinpah et d'Arthur Penn lors de la décennie suivante.

Attaque ! (1956) de Robert Aldrich

Le film de guerre à l'époque n'est pas encore devenu le divertissement à grand spectacle qu'il deviendra avec "Le jour le plus long" et son casting de stars internationales. Le genre est propice aux films de série B qui décrivent plus la psychologie des hommes qui se battent et meurent sur les champs de bataille et ils s'attardent moins sur la démesure des combats. Si "Attaque !" compte bien quelques scènes d'action dynamiques et assez spectaculaires faisant honneur à son titre, le film marque surtout par sa justesse des rapports humains et l'impitoyable description de l'horreur du front (il faut dire que le conflit s'est achevé il y a un peu de 10 ans à l'époque de la sortie du film). Alors oui, on est loin des excès gore récents mais certains plans sont toutefois très marquants, aussi bien dans les expérimentations de cadrage d'Aldrich ou bien avec le masque de mort de l'un des protagonistes qui vous marquera pour un bon moment. Au final, un film aux ambitions assez modestes de prime abord mais qui s'impose comme un très beau fleuron du genre. "Attaque !" invite d'abord au débat, avec ses héros qui luttent comme ils peuvent au sein d'un système corrompu à tous les étages.

Note : 9/10

Budget : 750 000 $ soit l'équivalent d'environ 6 600 000 $ en 2016.

BO US : 2 000 000 $ environ soit l'équivalent d'à peu près 17 600 000 $ en 2016.

BO France : 1 493 421 spectateurs (95ème plus succès de l'année).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article